De l'achat-vente

Le contenu.

L'introduction.

I. La notion de l'accord de l'achat-vente

1. La notion de l'accord de l'achat-vente.

2. Les sources du réglage juridique.

3. Les parties de l'accord de l'achat-vente.

4. L’objet de l'accord de l'achat-vente.

II. du Droit et le devoir des parties selon l'accord de l'achat-vente.

1. Les conditions de l'accord et le devoir des parties.

2. Les devoirs du vendeur.

3. Les devoirs de l'acheteur.

III. Liste de la littérature utilisées. L'application

L'application.

L'accord de l'achat-vente se rapporte au nombre des instituts traditionnels du droit civil ayant l'histoire de plusieurs siècles du développement. Dans le droit romain classique se forme en qualité d'accord du contrat emption et venditio, rendition Une partie le vendeur (venditor), remet à une autre partie - (emptor) l'objet, la marchandise (merx), (emptor) l'acheteur s'engage payer au vendeur pour la marchandise, l'objet indiqué défini la somme d'argent (premium).

Les conditions sur la marchandise et son prix étaient reconnues à Rome pour les éléments essentiels dans l'accord de l'achat-vente. Les négociations sur la vente de la récolte future étaient connues du droit romain, dans tels cas on appliquait l'accord de l'achat et vente de l'objet futur ou attendus (mei futurae sive spiratae )

Lacer de l'achat - vente pouvait avoir par l'objet incorporel (res incorporales) le droit de propriété le droit de l'exigence

Le marché selon la vente mû et était possible des biens immeubles. L'achat la vente était porté vers les moyens de l'acquisition des droits de la propriété de l'objet. La raison pour l'acquisition de droit de la propriété l'objet est l'accord des parties. À la préparation du projet du Code Civil de 1913 de la norme sur la vente étaient placés à paragraphe II ("les Obligations sur les accords" lib. V le "Droit des obligations", le projet, puisque la vente est l'accord bilatéral et entre dans le domaine des relations contractuelles.

L'accord de la vente était considéré l'accord sous qui le vendeur s'engage à remettre à la propriété mû ou les biens immeubles à la propriété de l'acheteur pour la somme d'argent fixée.

À la période Soviétique la sphère de l'application de l'accord de l'achat de la vente s'est limitée beaucoup. De l'achat - la vente se passait entre les citoyens et les entreprises commerciales de détail. L'accord de l'achat et vente était utilisé pour la réalisation des objets de l'achat-vente de détail.

La tenue des réformes économiques le sens principal de qui consistait en refus pour inefficace adminstrativement - du système de gestion de commande a révélé le besoin de la rénovation de la législation sur l'achat et vente.

La notion de l'accord de l'achat et vente Selon l'art. 1 de l'art. 454 du Code Civil être parlée que "selon l'accord de l'achat-vente une partie (vendeur) s'engage à remettre l'objet (marchandise) à la propriété à l'autre partie (acheteur), mais l'acheteur s'engage à accepter cette marchandise et le payer la somme d'argent (prix) définie". Dans cette définition de l'accord de l'achat de la vente on reproduit la formulation, les siècles appliqué au droit civil. L'accord de l'achat-vente est dirigé pour le passage (transfert) du droit de la propriété à l'objet

L'accord de l'achat-vente est consensuel, puisque on croit comme le prisonnier dès le moment de l'acquisition par les parties de l'accord sous ses conditions essentielles, mais le moment de l'entrée de l'accord ne contacte pas la transmission de la marchandise à l'acheteur. Proprement la transmission de la marchandise à l'acheteur représente l'exécution de l'accord détenus et entrées en vigueur de l'achat-vente du côté du vendeur. De l'accord détenu et entré en vigueur de l'achat-vente du côté du vendeur. C'est pourquoi dans les cas où le moment de l'entrée de l'accord coïncide avec la transmission réelle de la marchandise, on peut parler de l'ordre spécial de la conclusion de l'accord de l'achat-vente et qu'il est exécuté au moment de la conclusion, mais non dans le caractère réel de l'accord

Par exemple, dans l'achat-vente de détail l'étalage dans la place de la vente (sur les comptoirs, dans les devantures et etc.) les marchandises, leur démonstration est modèle ou l'octroi des renseignements sur les marchandises vendues dans la place de leur vente avoueront public offre; l'accord de l'achat-vente de détail, selon la règle totale, est considéré comme le prisonnier dès le moment de la distribution à l'acheteur de caisse ou de marchandise le chèque ou un autre document, la marchandise confirmant le paiement (les art. 493, les art. 2 de l'art. 494 Codes Civils).

L'accord de l'achat-vente est bilatéral, puisque chacun des parties de cet accord (le vendeur et l'acheteur) remplit les fonctions au profit d'une autre partie et on croit comme le débiteur de l'autre partie dans ce qu'est engagée faire à son profit, et simultanément par son créancier dans ce qu'a droit de lui demander. De plus, dans l'accord de l'achat-vente ont lieu des deux devoirs de rencontre également essentiels et importants :

Le devoir du vendeur remettre à l'acheteur la marchandise et le devoir de l'acheteur payer le prix d'achat, - qui conditionnent mutuellement l'un l'autre et sont en principe économiquement contrevaleur. C'est pourquoi l'accord de l'achat-vente est l'accord .

Le caractère de l'accord de l'achat-vente s'exprime dans ce que sur la partie de l'acheteur dans tous les cas (excepté l'accord de l'achat de la vente avec le paiement préliminaire) se trouve l'exécution de rencontre de ses obligations, i.e. l'exécution par l'acheteur des obligations sur le paiement de la marchandise est conditionnée par l'exécution par le vendeur des obligations pour la transmision de la marchandise à l'acheteur .

En d'autres termes, l'acheteur ne doit pas exécuter les devoirs selon le paiement de la marchandise avant l'exécution par le vendeur des devoirs pour la transmision de la marchandise à l'acheteur. Si l'accord de l'achat-vente est détenu avec la condition sur le paiement préliminaire de la marchandise par l'acheteur, le sujet de l'exécution de rencontre devient le vendeur, qui peut ne pas produire l'exécution des devoirs pour la transmision de la marchandise avant la réception de l'acheteur de la somme conditionnées du prépaiement.

Dans les cas où le vendeur ou l'acheteur ne peuvent pas être reconnu par les sujets de l'exécution de rencontre, le caractère de l'accord de l'achat-vente s'exprime dans ce que chacun d'eux est octroyé des droits supplémentaires par rapport au contractant qui n'a pas exécuté les obligations. Par exemple, à la vente de la marchandise à crédit dès le moment de la transmission de la marchandise à l'acheteur et avant son paiement la marchandise est reconnue comme le dernier trouvant au gage chez le vendeur pour la garantie de l'exécution par l'acheteur du devoir selon

En outre si l'acheteur qui a reçu la marchandise n'exécute pas le devoir selon son paiement au terme fixé, le vendeur a droit de demander les paiements de la marchandise remise (avec le calcul des rémunérations annuelles pour la somme arriérée) ou le retour des marchandises non payées . Dans les cas, quand le vendeur qui a reçu la somme du paiement préliminaire n'exécute pas le devoir pour la transmision de la marchandise au terme fixé, l'acheteur a le droit de demander les transmissions de la marchandise payées ou le retour de la somme lacheteur a le droit de demander les transmissions de la marchandise payées ou le retour de la somme du paiement préliminaire pour la marchandise; pour toute la période du retard pour la somme du paiement préliminaire à la demande de l'acheteur le vendeur est engagé payer les rémunérations annuelles. L'art. prévoit 129 Codes Civils les exceptions pour les objets retirés du chiffre d'affaires civil ou limités dans le chiffre d'affaires. Les aspects des marchandises, qui sont retirés du chiffre d'affaires, par la marchandise, qui peuvent appartenir aux participants seulement définis du chiffre d'affaires ou la présence de qui dans le chiffre d'affaires est admise selon la permission spéciale, sont définis par la loi.

Les droits de propriété n'avoueront pas pour la marchandise, mais le Code Civil comprend la norme large, conformément à qui les généralités sur l'achat à la vente des marchandises sont appliquées et à la vente des droits de propriété, si l'autre ne découle pas du contenu ou le caractère de ces droits. À ce sens il est nécessaire de reconnaître que toute concession à titre onéreux des droits de propriété est la vente de ces droits, mais les règles réglant le passage des droits du créancier, et en particulier la concession de l'exigence (les art. 382-390 Codes Civils Reflètent le contenu et le caractère des droits de propriété correspondants, mais c'est pourquoi doivent subir prioritaire (par rapport aux généralités sur l'achat-vente des marchandises) l'application.

L'accord peut être détenu pour l'achat-vente des marchandises futures, i.e. non seulement ces marchandises, qui au moment de la conclusion de l'accord se trouvent au vendeur, mais aussi ces marchandises, qui seront créées ou sont acquis par le vendeur dans l'avenir. À ce sujet il est intéressant de remarquer que la législation russe prérévolutionnaire n'admettait pas la vente des objets futurs selon l'accord de l'achat de la vente, l'argent comptant de l'objet se trouvant en la possession de le vendeur pouvait servir de l'objet de la vente seulement. Cependant une telle restriction de la sphère de l'action

Des relations liées à la vente des objets futurs, il est nécessaire de distinguer la vente des objets, qui ne peuvent pas être remis en principe par le vendeur à l'acheteur. Les paroles vont sur individuellement-définis objets, déjà perdu par le vendeur vers le moment de la conclusion de l'accord de l'achat-vente à la suite de leur destruction, le passage du droit de la propriété à eux aux tiers et etc. Par exemple, l'accord consiste pour l'achat-vente du navire brûlant fluvial ou la maison d'habitation, avant vendu (avec la présentation du passage du droit de la propriété)

La situation donnée est examinée par la doctrine civile dans le cadre du problème de "l'impossibilité de l'objet de l'obligation". Par exemple, à l'avis de G.F.Shershenevicha, la vente de l'objet n'existant plus au moment de la conclusion de l'accord, sera non valuable. Les principes des accords internationaux commerciaux contiennent la position, selon qui lui-même le fait qu'au moment de la conclusion de l'accord l'exécution de l'obligation acceptée était impossible, n'influence pas la validité de l'accord. La position donnée parcourt de leur ce que l'impossibilité initiale de l'exécution de l'accord (en particulier en vertu de la destruction de l'objet passible de la transmission de l'acheteur) s'assimile vers l'impossibilité de l'exécution de l'obligation, qui arrive après la conclusion de l'accord selon

S'assimile vers l'impossibilité de l'exécution de l'obligation, qui arrive après la conclusion de l'accord sur les circonstances dépendant du vendeur. C'est pourquoi dans les cas semblables du droit et le devoir des parties selon l'accord international commercial sont définis conformément aux normes sur la non-exécution ou l'exécution inadéquate par le vendeur des obligations. La question sur le sort de l'accord sur l'achat-vente de l'objet inexistant doit se décider en fonction de, si les circonstances données étaient connues de l'acheteur. Si l'acheteur, en concluant l'accord de l'achat-vente, connaissait ou devait connaître que l'objet étant l'objet de la vente, est perdue par le vendeur, il est présent l'accord, qui doit être reconnu par le non prisonnier pour le signe de l'absence de l'accord des parties en ce qui concerne l'objet de l'accord. Dans les cas, quand l'acheteur au moment de la conclusion de l'accord ne savait pas que un tel marché est contesté, c'est pourquoi l'acheteur, au lieu d'obtenir sa reconnaissance non valable, a droit, à partir de ce que l'accord est valable, demander au vendeur de l'indemnisation et l'application des autres mesures de la responsabilité en raison de la non-exécution par le dernier des obligations découlant de l'accord de l'achat-vente. Si l'acheteur (personne civil) ne se rapporte pas au nombre des sujets possédant le droit de la propriété du bien fixé après eux (par exemple, l'entreprise d'Etat ou municipale unitaire, l'institution), la transmission par le vendeur du bien (mais dans les cas correspondants l'enregistrement auprès de l'Etat) sert de base pour l'apparition chez l'acheteur du droit limités réel.

Sous les relations selon l'achat-vente le passage du droit de la propriété aux biens immeubles (l'art. 551 Codes Civils), pour l'entreprise comme l'ensemble patrimonial (l'art. 564 Codes Civils), ainsi que pour les maisons d'habitation, les appartements et d'autres surfaces habitables (l'art. 558 Codes Civils) doit subir l'enregistrement auprès de l'Etat. Selon la règle totale le droit de la propriété cesse à l'aliénation par le propriétaire du bien aux autres personnes (les art. 1 de l'art. 235 Codes Civils). Conformément à l'achat-vente le droit de la propriété du vendeur cesse dès le moment de la transmission de l'objet servant la marchandise, l'acheteur (dans les cas correspondants - dès le moment de l'enregistrement du droit de la propriété de l'acheteur).

Si le vendeur, non en étant le propriétaire de la marchandise, l'aliène en vertu des responsabilités accordées à lui de la disposition par la marchandise, la transmission de la marchandise le (enregistrement auprès de l'Etat) les cessations du droit de la propriété chez la personne étant le propriétaire de la marchandise, ainsi que les responsabilités du vendeur de la disposition par la marchandise servent de base à l'acheteur. L'exception est faite par les cas, quand les parties concluent l'accord avec la condition sur la préservation du droit de la propriété de la marchandise remise à l'acheteur pour le vendeur avant le paiement de la marchandise ou l'arrivée des autres circonstances définies. Dans la situation semblable le vendeur, оставаясь par le propriétaire

Похожие рефераты: